Publications scientifiques en ligne

•janvier 9, 2013 • Laisser un commentaire

Si plusieurs publications scientifiques semblent tarder à emboîter le pas aux nouvelles technologies, la fin 2012 aura été marquée par quelques belles percées dans le domaine musicologique. De fait, des ressources en ligne ont fait leur apparition :

D’abord, l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique a lancé, en novembre dernier, le premier numéro d’une nouvelle publication: La Revue musicale OICRM. Ressource scientifique de la recherche en musique, cette plateforme multimédia, qui rendra deux parutions par année, se veut un nouvel outil de diffusion pour les chercheurs dont le champ d’étude touche l’un ou l’autre de ces domaines:  musicologie, ethnomusicologie, composition, pédagogie musicale, sociomusicologie, recherche-création, électroacoustique, musiques populaires, etc. En plus d’être gratuite, cette revue vise à rendre disponible des articles sous des formes novatrices, notamment par l’ajout de contenu multimédia (audio/visuel). Chaque numéro comportera un dossier thématique ainsi que des contributions libres.Logo-couleurOICRM

Dans le domaine des publications manuscrites, Les Cahiers de la SQRM (Société québécoise de recherche en musique) existent depuis décembre 1997. Or, l’automne 2012 marque un tournant important, car il est maintenant possible d’en retrouver les numéros sur Érudit. Tout aussi multidisciplinaires que La Revue musicale OICRM en ce qu’ils touchent à l’acoustique, l’archivistique, la chanson, la composition, le droit, l’électroacoustique, l’esthétique, l’ethnomusicologie, l’histoire, l’interprétation, la musicologie, l’organologie… ces Cahiers constituent une référence scientifique de premier choix.Logo_SQRM_petit

En somme, il y a tout lieu de se réjouir de cette nouvelle tendance qui se dessine dans le milieu de la publication scientifique!

Rendez-vous 2012, Montréal, métropole culturelle

•novembre 25, 2012 • Laisser un commentaire

Le début de cette semaine sera marqué par une importante rencontre en ce qui concerne le milieu culturel montréalais: il s’agit du Rendez-vous 2012, Montréal, métropole culturelle. C’est à la TOHU que des centaines de participants sont attendus en ce lundi 26 novembre pour prendre part à diverses séances plénières. Intervenants des milieux du théâtre, de la musique, du cirque, de la danse, des arts visuels… se rencontreront pour discuter des moyens à déployer afin d’atteindre divers objectifs tels qu’accroître l’accès des citoyens à la culture, investir dans les infrastructures culturelles, financer les organismes artistiques et favoriser le rayonnement de la vie artistique montréalaise, ici comme ailleurs. Ce rendez-vous s’inscrit à mi-chemin du plan d’action 2007-2017 adopté il y a cinq ans déjà.

Le thème de la globalisation s’inscrit en filigrane de cette journée qui s’articulera autour de 3 axes: d’abord le Montréal local, ensuite le Montréal global, finalement les nouveaux modèles de financement. Seront notamment présents Simon Brault, un homme portant bien des chapeaux dont celui de président du comité de pilotage de Montréal, métropole culturelle et qui présidera à nouveau dans le cadre de ce Rendez-vous 2012, de nombreux représentants politiques dont Pauline Marois, Maka Kotto, James Moore et Christian Paradis, plusieurs figures phares du milieu artistique (Gilbert Rozon, Alain Simard, Nathalie Bondil entre autres) et des gens du milieu des affaires.

Il est vrai que les dernières années ont été marquées par d’importants projets culturels à Montréal : le Quartier des spectacles, M pour Montréal, La Vitrine.com… ne sont que quelques exemples. Or, on connaît aussi toutes les coupures budgétaires qui ont et continueront d’avoir des répercussions majeures sur la vie et les institutions de la métropole. Ce Rendez-vous 2012 s’annonce donc comme une excellente initiative, certes, mais les échanges qui s’y tiendront ne peuvent agir que comme prémices à de nombreuses actions qui devront être menées et soutenues par des centaines d’acteurs culturels.

À noter que les séances plénières seront diffusées en direct sur Internet, de 9h à 17h le 26 novembre.

Rebetika célèbre le rébétiko!

•octobre 16, 2012 • Laisser un commentaire

Voyage dans le temps et dans l’espace, le concert Rebetika propose une soirée autour de la musique grecque urbaine des années 30. Le smyrneiko et le rebetiko, deux styles musicaux associés au cabaret grec, sont le fruit des «réfugiés d’Anatolie», ces Grecs qui avaient migré en Turquie et qui se sont vus expulsés d’Asie mineure dans les années 1920 suite à la destruction de Smyrne. Ce vendredi 19 octobre, les artistes Gabrielle Bouthillier (voix et accordéon), Jasmin Cloutier (guitare et bouzouki), Pierre Langevin (voix et clarinette) et Jean-Philippe Reny (oud et banjo) interprèteront des œuvres des plus grands compositeurs et des plus importantes chanteuses de l’époque.

Rebetika

Vendredi 19 octobre, 19h30

À la galerie d’art Mekic, située au 4438 rue de la Roche

Billet: 10$

Réservation : 514 373-5777

Extrait audio de la chanteuse Rita Abatzi, artiste interprète des années 30 qui sera d’ailleurs célébrée lors du concert Rebetika.

Le Mois du créole

•octobre 14, 2012 • Laisser un commentaire

C’est dans le cadre du Mois du créole à Montréal que sera donné le récital La Lyrique des Antilles les 18, 19 et 20 octobre prochains. Pour l’occasion, l’Institut pour la Protection et la Promotion de l’Individu (I.P.P.I.) présentera, entre autres, les artistes Sully Cally, Jacques Schwarz-Bart, Mario Canonge, Félix Casérus, Samuel Bonnet et Rebecca Arrouvel dans des œuvres pour piano, voix, guitare et/ou percussions bèlè.

Récital La Lyrique des Antilles

18, 19 et 20 octobre, à 20h

Centre CEDA, 2515 Delisle (métro Lionel-Groulx)

Billet : 15$

Une conférence de présentation des artistes sera donnée le lundi 15 octobre par Rebecca Arrouvel, chanteuse, chercheure et présidente de l’association I.P.P.I.

À la Librairie KEPKAA, située au 2000 Saint-Joseph Est, porte B., à 18h30

Par ailleurs, la programmation de la 11e édition du Mois du créole à Montréal propose plusieurs concerts et activités à caractère musical. Une conférence sur la musique et les danses de la Martinique sera offerte le mercredi 17 octobre par les artistes Sully Cally et Rebecca Arrouvel, un atelier de tambour de tradition bèlè sera donné à l’Observatoire du Mont-Royal le dimanche 21 octobre, suivi d’une soirée de jazz caraïbe à la Maison du Jazz de Montréal, et plusieurs autres événements risquent d’intéresser artistes et mélomanes. Pour plus de détails, consultez la programmation 2012.

Festival Flamenco Montréal

•septembre 12, 2012 • Laisser un commentaire

Les aficionados de flamenco auront beaucoup à voir et à faire dans les prochains jours avec la tenue du premier Festival Flamenco Montréal (FFLAM). Du 15 au 22 septembre prochains, le flamenco se révélera à travers la danse, la musique, la photographie et le cinéma:

Spectacle pré-Festival 

12 septembre 2012, 19h30

Le concert Pachuco Flamenco Jazz sera présenté à la Maison du Jazz (2060 Aylmer, Montréal) par les artistes
El Pachuco à la guitare flamenca;
Éric Khayat au saxophone ténor;
Sergio Barrenechea aux percussions;
Yoito Torres au piano;
Geneviève Mangerel et Julie DuMoulin aux palmas.

Programmation officielle 

15 au 22 septembre 2012

Concerts

Le 18 septembre, Flamenguitos del Norte lancera la programmation officielle avec un concert au Théâtre Rialto. Ce collectif d’origine torontoise regroupe une douzaine de guitaristes, chanteurs et danseurs.

Le 19 septembre, Café Cantante fera entendre les influences arabes qui nourrissent le flamenco dans un nouveau spectacle intitulé Zourouni. Au Rialto également.*

Le 21 septembre, c’est au Gesù que se produira Javi Gómez & Grupo. Le guitariste proposera également une classe de maître pour guitaristes la veille, au Studio D  (5445 DeGaspé, suite 601).

Finalement, le 22 septembre aura lieu La Diosa Impura, création de la compagnie madrilène Cruceta Flamenco. Parmi les musiciens se trouvera notamment la guitariste et compositrice montréalaise Caroline Planté. Au Théâtre Gesù.

Cinéma

Le FFLAM propose aussi une sélection de courts-métrages le 20 septembre au cinéma Beaubien (2396 Beaubien Est). Il s’agira du FFLAC (Festival Flamenco de Courts-Métrages) qui prend la route et vient présenter au public montréalais une sélection d’œuvres de ses précédentes éditions.

Photographie

Le Dépanneur Café (206 Bernard O.) accueille une exposition de photos flamencas d’Hervé Leblay tout le mois de septembre.

Danse

Le FFLAM, c’est aussi l’opportunité pour les danseurs de flamenco d’ici de parfaire leurs connaissances en compagnie de grands artistes dans le cadre de stages. Plus d’informations à ce propos ici.

*Café Cantante fera l’objet de la prochaine chronique Musiques et cultures du monde à l’émission Temps libre de Radio Ville-Marie (91,3 fm), mardi 18 septembre prochain à 17h45!

Le Red Hot & Blue Rockabilly Week-End

•août 29, 2012 • Un commentaire

Tous les amateurs de rockabilly seront servis au cours des prochains jours: la 8e édition du Red Hot & Blue Rockabilly Week-End investira la ville de Montréal du 30 août au 2 septembre prochains avec une imposante programmation alliant concerts et expositions. Chaque soir, plusieurs groupes canadiens et américains se produiront au Lion d’Or (1676 rue Ontario Est) ou au restaurant Jardin Tiki (5300 Sherbrooke Est).

L’école JiveStudio offrira également des cours d’introduction le samedi 1er septembre à tous ceux qui souhaiteront profiter de la piste de danse. En somme, les intéressés auront plusieurs façons de revivre le rock’n’roll des années 1950!

Orientalys – édition 2012

•août 10, 2012 • Laisser un commentaire

Du vendredi 10 août au dimanche 12 août, le Festival du Monde Arabe présente un volet estival pour une deuxième année consécutive: Orientalys. Cet événement, dont l’accès est gratuit, se déroule sur le Quai Jacques-Cartier du Vieux-Port de Montréal. Le site sera animé de 12h à 0h grâce à plusieurs spectacles musicaux, mais également de la danse, de la calligraphie et des kiosques dédiés aux arts orientaux. Deux scènes seront investies par les différents artistes qui représentent un large spectre de traditions musicales. En effet, si la tradition arabe est au cœur de la programmation d’Orientalys et du FMA en général, on y fait aussi place aux musiques perse, andalouse, indienne, européenne, québécoise, sud-américaine…

Tous les détails de la programmation ici.