Festival MMM – L’art chansonnier algérien et arménien

La série Les grands concerts du festival MMM proposait plusieurs spectacles rencontres entre deux artistes et vendredi le 6 mai dernier ne faisait pas exception: L’art chansonnier algérien et arménien se voulait une soirée dédiée à deux auteurs-compositeurs-interprètes d’expérience venus du Caucase et du Maghreb, soit Serge Bédrossian et Karim Saada.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est Serge Bédrossian qui a ouvert le bal, accompagné de cinq musiciens, tous d’origine arménienne. La démarche du chanteur et le propos des textes n’étaient pas sans rappeler le style crooner. L’influence de Charles Aznavour, lui-même franco-arménien, était évidente dès les premières pièces, et Bédrossian l’a d’ailleurs cité comme source d’inspiration. Côté musique, c’est sans doute la prépondérance des synthétiseurs qui venait le plus bousculer nos habitudes d’écoute nord-américaine; pas moins de trois musiciens sur cinq avaient recours à des claviers électroniques, dont le percussionniste qui se montra pourtant bien convaincant au dhol et à la darbouka. Mais si nous avons ici tendance à prioriser les instruments «réels» plutôt que les sons pré-programmés du synthétiseur, il n’en demeure pas moins que ce type de clavier trouve une place de choix dans bien des genres musicaux orientaux.

Après l’entracte, ce fut au tour de Karim Saada de s’installer sur les planches du Théâtre Plaza en compagnie d’un violoniste, d’un guitariste, d’un bassiste, d’un batteur et d’un percussionniste. Né à Alger, Saada est arrivé à Montréal il y a 22 ans et mène une carrière d’auteur-compositeur-interprète qui lui a rapporté un Folk Music Award en 2009 et une nomination au Juno en 2010. Sa performance a débuté par une pièce instrumentale, question de bien planter le décor de ce qui allait être un tour de chant tantôt introspectif, tantôt enlevé et enlevant à voir les déhanchements des spectateurs de tous âges au parterre.

Pour clôturer le spectacle, Karim Saada a invité Serge Bédrossian à le rejoindre afin d’interpréter ensemble un grand succès de Dahmane El Harrachi, repris par Rachid Taha et aujourd’hui connu aux quatre coins du globe, «Ya Rayah».

Cette soirée était l’avant-dernière du festival MMM, lequel s’est terminé hier soir avec le musicien haïtien Paul Beaubrun et le groupe Colectivo, respectivement au Théâtre Plaza et aux Bobards. Sachez par ailleurs que si le festival est maintenant derrière nous, MMM est un organisme qui met sur pied des évènements et diffuse de nombreux artistes tout au long de l’année. Pour plus d’informations sur les concerts à venir et sur les artistes que MMM encourage, n’hésitez pas à visiter leur site Internet régulièrement.

Publicités

~ par lemondedansmesoreilles sur mai 8, 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :